vendredi 4 août 2017

Apprendre à s'aimer

J'ai du déjà écrire sur le sujet, mais l'idée me trotte dans la tête depuis un moment et, comme souvent, j'écris plus pour moi que pour être lue au final... 

J'ai souvent été une jeune fille complexée. Par mon physique, mon poids, ma personnalité, mon incapacité à être "comme tout le monde". 

A 30 ans passés, je n'ai pas changé de physique (ou en pire) et ma personnalité s'est affirmée (plutôt dans le mauvais sens en fait). 

Et pourtant je me regarde aujourd'hui avec bien plus d'indulgence qu'hier. 

Avec le temps, j'ai appris qu'il y avait une différence entre ce que j'aimais et ce que j'étais. 

J'adore le style pin up, le maquillage de poupée, les escarpins et les coiffures tirées à quatre épingles. Mais moi je ne suis bien qu'en culotte de coton, en baskets de toile et en tshirt à motifs... Je ne me maquille jamais et je passe moins de temps de la salle de bain que mon propre barbu. 

J'ai banni certaines marques de vêtements juste parce que me balader dans des rayons pleins de vêtements trop conventionnels me filait des boutons. 

Ma déco ne ressemble pas à ces magnifiques intérieurs scandinaves que j'aime tant. Elle explose de couleur, elle mélange l'ancien et le moderne, le bleu, le rouge le vert... Rien ne va ensemble, mais c'est un tout qui me ressemble. 

Avec le temps, j'ai appris à tolérer mes défauts. Je ne suis plus complexée, mais je suis honnête. C'est ainsi que je suis, un électron bizarre sur la planète terre, qui ne fonctionne pas comme tout le monde, qui n'a pas les goûts de tout le monde et qui peine à s'accorder avec le monde. 

Si je me tolère aujourd'hui, j'espère m'aimer demain. J'espère arrêter de regretter de ne pas être la fille populaire que tout le monde apprécie et qui réussit dans tous les domaines. 

Je suis moyenne en tout, je n'accomplirais jamais de grandes choses, je ne ferais rien de remarquable. Je ne changerais la vie de personne. 

Mais je ne pourrais jamais me fondre dans la masse. 

Je serai toujours moi, j'en ai fait un devoir, parce que je ne supporterais pas de passer ma vie à être quelqu'un d'autre.