jeudi 8 janvier 2015

J'ai pleuré



Il m'a fallu 24h. 

Pour émerger. Pour réagir. Pour écrire. 

Je me suis tâté, comme à chaque fois, d'écrire cet article. 

Je me suis dit que ça n'allait servir à rien, que ça ne les ramènerait pas, que ça n'effacerait pas, n'atténuerait même pas cette tâche indélébile qui souillera à jamais l'histoire de la France. 

Mais c'est à la liberté d'expression qu'on s'est attaqué hier. 

Cette liberté d'expression qui me permet justement de choisir d'écrire aujourd'hui. 

Écrire ce que je veux. 

Parce que c'est mon droit. 

Et parce que ce blog est aussi un lieu de souvenir. 

Aujourd'hui, j'ai pleuré. Pleuré pour ma France qui souffre, qui à mal, à cause de deux hommes. 

Deux hommes, sur 65 millions, qui ont mis à mal notre liberté, qui ont ébranlé toutes nos certitudes en quelques minutes.

J'ai pleuré parce qu'à cause de ces deux monstres, mes amis musulmans, les vrais, les purs, sont stigmatisés, amalgamés, mélangés à la fange qu'ils ont dispersé autour d'eux. 

J'ai pleuré parce que j'ai peur. Peur du monde de haine qui se dresse devant moi et dans lequel je vais élever mon fils.

Et j'ai pleuré en entendant tous les gens rassemblés à Paris, à Lille, à Toulouse, chantant la Marseillaise. J'ai pleuré parce que sous la fange, il y a du joli. J'ai pleuré parce que, sur 65 millions, si 2 ont décidé de faire le mal, nous sommes des millions à souhaiter faire le bien. 

J'ai repensé au Chant des Partisans. 

"Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place". 

Aujourd'hui, nous sommes tous Charlie. 

Et nous ne laisseront pas la Haine gagner. 

Bonne année. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés alors ne t'inquiète pas s'ils mettent du temps à s'afficher, je suis pas toujours là mais ça finira par arriver et j'y réponds (presque) toujours !